Justice climatique, maintenant !

Les premières victimes du réchauffement sont les pays qui y ont le moins contribué. Pendant la Campagne œcuménique 2021, Action de Carême et Pain pour le prochain dénoncent cette injustice et exigent de ceux qui contribuent le plus aux changements climatiques qu’ils assument leurs responsabilités.

« Si le climat n’avait pas changé, nous pourrions récolter du riz régulièrement. Mon mari pourrait aller plus souvent à la pêche et il rapporterait plus de poissons. Nous ne serions pas réduits à avoir faim. Nous n’aurions pas la crainte de voir notre maison constamment envahie par les flots. » Jocelyn Sabatin habite à Suriago del Sur sur l’île de Mindanao. Chaque jour, elle ressent les conséquences du changement climatique. Aux Philippines, les typhons accompagnés de pluies torrentielles alternent avec des périodes de sécheresse prolongées à des intervalles toujours plus rapprochés. Avec la disparition des mangroves, ce sont les fonds de pêches qui diminuent comme peau de chagrin.

Ailleurs sur la planète, la population est aussi frappée de plein fouet par les changements climatiques : au Kenya, les plantes sèchent sur pied et les conflits entourant les pâturages s’enveniment. En Indonésie, la mer inonde des terres fertiles, ravage des récoltes et détruit des maisons, ce qui favorise les maladies, la faim, la pauvreté et la détresse psychique. Actuellement, ce sont les habitant·e·s des pays pauvres qui souffrent le plus des conséquences du réchauffement, alors qu’ils en sont le moins responsables. « Cela use les nerfs », s’inquiète Jocelyn Sabatin.

La Banque nationale suisse doit s’engager

La Suisse alimente elle aussi le réchauffement climatique, en particulier par le biais de sa place financière. Aux 47 millions de tonnes de CO2 émises à l’intérieur de nos frontières, il faut en effet ajouter un volume environ 22 fois supérieur dû aux activités des banques suisses. À cet égard, la Banque nationale suisse (BNS) joue un rôle important : son portefeuille pétrolier, gazier et charbonnier, lourd de six milliards de francs suisses en actions, fait augmenter les émissions suisses de 43,3 millions de tonnes de CO2 par an.

Dans ce contexte, Action de Carême et Pain pour le prochain lancent une pétition pour demander à la BNS de se défaire de toutes ses participations dans des entreprises actives dans l’extraction, le négoce et la transformation de combustibles fossiles.

Et nous ?

Nos actes en Suisse ont des répercussions dans les pays du Sud, pas seulement dans le domaine de l’économie. Sur le site justiceclimatique.ch, nos œuvres d’entraide relaient pendant la campagne œcuménique la voix des personnes du Sud et montrent les conséquences de notre style de consommation. Par exemple, la consommation immodérée de viande fait augmenter la demande en fourrage, de sorte que d’énormes surfaces de forêts tropicales sont déboisées par le feu, ce qui aggrave le dérèglement climatique. Et ce n’est qu’un exemple parmi d’autres du côté obscur de notre consommation.

Il n’est pas encore trop tard pour agir. Aussi Pain pour le prochain et Action de Carême exhortent-ils le monde politique, les paroisses et chacun et chacune d’entre nous à s’engager pour atteindre l’objectif zéro émission nette à l’horizon 2040. C’est en effet le seul moyen de limiter la hausse des températures à 1,5 °C, conformément aux engagements pris à Paris.

Pétition «Justice climatique, maintenant !»

Quiz «Justice climatique, maintenant !»

Pain pour le prochain et Action de Carême réclament la justice climatique : les principaux responsables de la crise climatique doivent prendre leurs responsabilités. La Banque nationale suisse (BNS) en fait partie. Avec ses investissements (en 2019) de près de six milliards de dollars en actions dans des sociétés qui extraient des énergies fossiles, elle encourage un réchauffement climatique de quatre à six degrés : bien au-delà de l’objectif fixé par l’Accord de Paris sur le climat !

Nous vous proposons de signer notre pétition en ligne adressée à la Banque nationale suisse, qui exige le désinvestissement des énergies fossiles.

Pour mieux comprendre les incidences de notre consommation d’énergies fossiles sur les pays du Sud, nous vous invitons à participer à notre quiz ci-dessous. Entre typhons aux Philippines, sécheresses au Kenya et canicules en Colombie, les changements climatiques ont des conséquences dramatiques pour les populations des pays du Sud. Participez au quiz climatique et découvrez les témoignages de Jocelyn et Norberto des Philippines, d’Ole du Kenya, d’Ibu et Pak d’Indonésie, de Maria de Colombie ou encore de Valdir et Rosi du Brésil.

Plus d’informations

Notre journal Perspectives (02/2021) est consacré à la thématique de la justice climatique.

Découvrez les témoignages de personnes qui luttent quotidiennement face aux changements climatiques.

Nous vous proposons cette sélection de films et DVD en lien avec la thématique de notre campagne.