Campagne oecuménique

Extraction d’or au Burkina Faso

Tout ce qui brille n’est pas or. Une étude menée par Pain pour le prochain et Action de Carême analyse les conséquences de l’extraction d’or dans trois mines au Burkina Faso. Des atteintes aux droits humains à l’environnement sont constatées.

14’000 personnes qui ont dû quitter leurs terres. Nombre d’entre elles ont perdu leurs champs ainsi que l’accès à l’eau. Leurs récoltes se sont amenuisées, entraînant la faim. Cet or est raffiné en Suisse, notamment par l’entreprise Metalor, basée au bord du lac de Neuchâtel.

Quelle responsabilité portent les entreprises pour ces violations des droits humains?  Que fait la Suisse, qui joue un rôle central dans le commerce globalisé de l’or?

L’étude avance la recommandation suivante: comme les mesures volontaires ne sont pas respectées, la Confédération doit obliger les multinationales à respecter les droits humains et l’environnement. L’initiative « Pour des multinationales responsables » montre la voie.

L’étude entière (pdf)

Le résumé de l’étude (pdf)

Etude_Or_Cover

Témoignages de la population de Bissa

Burkina Faso SOUTONG NOOMA

De la vie à la survie

Il va pleuvoir ces prochains jours. Jean-Bernard Traoré le sait. Bêche en mais, il se tient sur son champ, ou du moins ce qui l’en reste. Juste à côté: quelques ruines de l’ancien village et la clôture de la mine de Bissa. Là derrière, le terril gronde. On entend le signal d’alarme d’une benne qui recule.

Burkina Faso SOUTONG NOOMA

Avec la mine, la faim

Bissa, le village d’Azéta Ouédraogo, n’existe plus. Il a été détruit il y a cinq ans par une entreprise minière. Aujourd’hui, la jeune fille de 13 ans vit deux kilomètres plus loin,à nouveau-Bissa. Si au premier abord les maisons ont l’air plus belles, Azéta n’y est pas heureuse. Elle raconte pourquoi.

Oumarou

Notre eau est empoisonnée

« Je m’appelle Oumarou Maïga et j’ai neuf ans. Je vis dans le petit village de Nouveau-Bissa au Burkina Faso. Ma famille a dû déménager ici car notre ancienne maison a été détruite. Une mine d’or a été creusée à la place. Je ne suis pas heureux ici, je pense souvent à mon ancienne maison. »

Burkina Faso SOUTONG NOOMA

Comment l’or sème la faim

Près de 70% de l’or extrait mondialement est traité en Suisse. Mais derrière l’extraction de ce métal précieux métal se cache la souffrance de populations locales, comme le montre le cas du Burkina Faso. Les entreprises ne s’en soucient que très peu.