Home: Voir et agir / Stop accaparement / L’huile de palme durable n’existe pas
Les monocultures détruisent la forêt tropicale, la base
d’existence de la population autochtone. | © Pain pour le prochain/Urs WalterLes monocultures détruisent la forêt tropicale, la base d’existence de la population autochtone. | © Pain pour le prochain/Urs Walter

Huile de palme - accaparement des terres

Présente dans un grand nombre d’aliments, l’huile de palme entre aussi dans la composition de produits cosmétiques ou encore de détergents. Afin de répondre à la demande croissante du monde entier, forêts tropicales, tourbières et brousses sont détruites, ôtant à de nombreuses personnes tout moyen de subvenir à leurs propres besoins. A l’instar de la Table ronde pour une huile durable (RSPO), les initiatives volontaires mises sur pied par l’industrie ne servent pas à grand-chose. Pain pour le prochain et Action de Carême sont catégoriques : notre consommation doit diminuer.

En faisant ses courses, quiconque lit ce qui est imprimé en tout petit se rend compte immédiatement que tout un tas d’articles contiennent de l’huile de palme, de palmiste, voire un de leurs dérivés. Selon les principaux distributeurs suisses, la part de l’huile de palme dans leur propre gamme se monte à 10 voire 20%. Il en va de même pour les produits de marque qu’ils distribuent. Ceci implique que parmi les articles vendus par les magasins suisses, un sur six contient de l’huile de palme.

Des conséquences humaines et environnementales dramatiques

L’huile de palme est de nos jours l’huile végétale la plus consommée au monde. Son utilisation a fait un bond en avant puisqu’elle a été multipliée par trois ces 30 dernières années et par deux rien que sur les 15 dernières. L’industrie met en avant ses qualités, insistant sur le fait qu’elle se conserve longtemps, qu’elle n’a quasiment pas d’odeur, qu’elle se transforme quelle que soit la température, des caractéristiques qui s’ajoutent à sa grande polyvalence. Son prix n’est pas entièrement étranger à son essor car, contrairement aux autres huiles, elle est très bon marché. Les grands producteurs d’huile de palme peuvent acheter ou exploiter des terrains pour une bouchée de pain, tout en payant aux travailleurs agricoles des salaires très bas.

Avec les conséquences dévastatrices que cela entraîne : des habitants expropriés qui perdent tout moyen de subvenir à leurs besoins et qui sont insuffisamment dédommagés (quand ils le sont); des plantations qui créent des emplois mal rémunérés en nombre insuffisant; des forêts tropicales qui sont abattues, compromettant la riche faune et flore qui les peuplaient; des forêts remplacées par des monocultures qui utilisent massivement engrais et pesticides polluant les sols et les eaux. La pression exercée sur les populations autochtones est immense car les palmiers à huile ne s’épanouissent que sous des latitudes tropicales, que ce soit en Amérique centrale, en Afrique de l’Ouest ou en Asie du Sud-Est (cf. exemples donnés dans la fiche d’information « Credit Suisse et le déboisement de la forêt tropicale »). L’huile de palme est devenue l’une des principales causes d’accaparement des terres, un phénomène contre lequel les communautés locales s’élèvent avec l’aide d’organisations non gouvernementales.

Notre exigence? Réduire notre consommation d’huile de palme

Dans leurs études, organisations environnementales et ONG de développement relèvent année après année les conséquences dramatiques du commerce d’huile de palme. Les initiatives volontaires émanant de l’industrie, à l’instar de la Table ronde RSPO, n’y changent rien : elles jettent de la poudre aux yeux sans s’attaquer aux causes qui sous-tendent ces destructions. Il convient donc de renverser radicalement la tendance car ce n’est qu’en réduisant la demande en huile de palme que nous endiguerons l’expansion des plantations dédiées exclusivement au palmier à huile dans les régions tropicales.

Ce qui nous mène à la conclusion que seule une réduction de la consommation d’huile de palme pourra offrir une solution à ce problème.

Plus d’informations sur la certification et les conséquences de l’huile de palme :

 

Huile de palme = accaparement des terres

Signez notre pétition !

Les plantations de palmiers à huile détruisent la forêt tropicale, sont responsables de brûlis et menacent la biodiversité. Les populations locales sont chassées de leurs terres arables, elles perdent leurs moyens de subsistance pour laisser place aux monocultures.

L’huile de palme viole les droits humains et détruit l’environnement !

Les tentatives de labellisation de l’huile de palme sont un échec. Elles sont initiées par les milieux économiques et n’ont pas les effets espérés en faveur des droits humains, de l’environnement et de la diminution de production industrielle d’huile de palme.

Vous pouvez agir contre cela : demandez aux grands distributeurs suisses qu’ils réduisent le nombre de produit contenant de l’huile de palme de leur assortiment. Signez notre pétition dès à présent !

Envoyer la pétition

Soutenez notre travail pour les droits humains

1

Merci pour votre soutien

Quel montant souhaitez-vous donner ?