Des aliments sains pour les citadin-e-s pauvres de Bolivie

Éblouies par le mirage d’une vie meilleure, des familles paysannes indigentes émigrent chaque jour en grand nombre dans la ville d’El Alto.

Leur désillusion sera grande toutefois : elles échoueront pour la plupart dans un bidonville, alternant chômage et petits boulots mal payés. Elles auront beau consacrer 80 % de leurs revenus à l’achat d’aliments, elles n’échapperont pas pour autant à la malnutrition.

Des vitamines dans l’arrière-cour

Le projet « Jardins urbains » enseigne aux habitants des bidonvilles, surtout des femmes, à transformer leur cour en serres et en platebandes. Elles apprennent les techniques de l’agriculture biologique afin de pouvoir subvenir aux besoins de leur famille. Elles sont également encouragées à travailler ensemble au sein de communautés. Aujourd’hui déjà, une femme sur quatre écoule les excédents de sa production sur le marché, apportant à sa famille un revenu supplémentaire bienvenu.

Landkarte_Bolivia_cw

Bolivie

Une grande partie des autochtones de Bolivie, qui représentent deux tiers de la population, vit au-dessous du seuil de pauvreté et mène une existence très précaire. Grâce à votre don, une famille pourra acheter des poules ou construire une serre. Vous contribuerez ainsi à la sécurité alimentaire des habitant-e-s des villes.

« Mes enfants sont moins malades depuis que je cultive des fruits et des légumes. Je transmets mon savoir afin que d’autres femmes puissent avoir la même chance que moi. »

Lizeth, mère et agricultrice autosuffisante (Bolivie)

Polaroid_Bolivien_angesetzt_cw

 

Pain pour le prochain récolte des fonds pour Mission 21. Si vous voulez verser un don pour ce projet, veuillez indiquer le numéro 420.1018 (Pain pour le prochain/Mission 21))


 

Soutenez les bénéficiaires de nos projets

1

Merci pour votre soutien

Quel montant souhaitez-vous donner ?

Voir et agir

D'autres projets d'Action de Carême et Pain pour le prochain

Polaroid_Uganda_angesetzt_cw

Un avenir pour femmes et jeunes ougandais

Des femmes luttent quotidiennement pour leur survie – l’argent manque pour payer l’écolage et subvenir aux modestes besoins

Plus
Senegal_projekt

Des filets pleins à craquer sur les côtes du Sénégal

Autrefois, les fonds de pêche du Sénégal comptaient parmi les plus poissonneux au monde. Aujourd’hui, les pêcheurs ne joignent plus les deux bouts.

Plus
VIetnam_projekt

De meilleures conditions de travail pour des couturières au Vietnam

Au Vietnam, les couturières travaillent généralement dans des conditions épouvantables.

Plus
indien_projekt

L’égalité des droits pour les autochtones d’Inde

Aujourd’hui encore, beaucoup d’Adivasis vivent sur les plantations de thé. Ils s’appauvrissent et n’ont plus suffisamment à manger.

Plus
Im Rahmen des Projekts wird eine Gruppe von Frauen und Männern darin
ausgebildet, Früchte zu verarbeiten und zu konservieren. Das gewonnene
Fruchtfleisch wird in einem einfachen Kühlzentrum tiefgefroren und auf Bestellung
in die Schulzentren geliefert. Das Fruchtfleisch ist eine wertvolle Grundlage
für die Herstellung von Fruchtsäften. Das Projekt leistet einen Beitrag zur
Verbesserung der Einkommen der Kleinbauernfamilien. Mit den geernteten
Früchten, die sie ans Kühlzentrum abliefern, können sie einen wertvollen Zusatzverdienst
erwirtschaften. Die Mittagstische der Kinder und Jugendlichen
an den öffentlichen Schulen werden in einer ersten Phase durch reichhaltige
Fruchtsäfte bereichert, später sollen weitere Lebensmittel, vorab Mais und Bohnen,
aus der Region und nicht mehr wie bisher vom Ausland bezogen werden.

Une formule contre la pauvreté au Honduras

Au sud, les petits paysans manquent de moyens techniques pour transformer les fruits récoltés. C’est pourquoi de la nourriture précieuse pourrit.

Plus