Alimata Traoré, Mali

Alimata Traoré sera l’hôte de la campagne œcuménique 2018. Présidente de la COFERSA, la Convergence des femmes pour la souveraineté alimentaire, elle apportera un témoignage sur la réussite des coopératives de femmes maliennes engagée pour la promotion et la diffusion de l’agroécologie paysanne dans leur région.

Cette coopérative, engagée dans la Convergence ouest-africaine des luttes pour la terre et l’eau, est soutenue par Pain pour le prochain. Son objectif est d’augmenter le pouvoir économique et le statut social de ses membres grâce à la mise en commun des ressources, la formation, les débats dans les villages et la vente directe.

Grâce à la COFERSA, les paysannes « osent s’exprimer et défendre leur cause durant le conseil du village et dans des conférences », déclare Alimata Traoré. Aujourd’hui, la COFERSA contrôle toute la chaîne de production, du matériel agricole à la terre, en passant par les semences.

La COFERSA est une organisation dont l’acronyme signifie Convergence des femmes pour la souveraineté alimentaire.

L’organisation a été créé en 2009, suite à un plaidoyer avec le gouvernement du Mali pour l’accès des femmes aux crédits et aux fonds de développement agricole. Elle est composée de plus de 40 coopératives et 4’000 femmes adhérentes dans tout le pays.

Le contexte du Mali

Bien que la région de Sikasso détient la production agricole la plus importante du Mali, la situation alimentaire et nutritionnelle se trouve fragilisée. L’agriculture de l’Afrique de l’Ouest, avant tout caractérisée par une production paysanne et familiale, se voit alors très vulnérable face aux impacts du changement climatique et aux systèmes économiques de plus en plus globalisés. De plus, la main d’œuvre provient avant tout des femmes paysannes qui ne sont cependant pas sécurisées, ne bénéficient pas des recettes provenant de la vente des produits et dont leur participation reste limitée dans les prises de décisions.  

L’organisation s’inscrit dans une démarche de transition en ce qu’elle permet d’augmenter le pouvoir économique et le statut social et politique de ses membres mais également en assurant la souveraineté alimentaire par le contrôle intégral des semences locales. « Nos grands-parents nous ont transmis un patrimoine génétique que nous devons transmettre à nos enfants, au risque de les transformer en esclaves soumis à la volonté de firmes productrices de semences », confie Alimata Traoré.

Leurs actions passent alors par la vente directe de produits mais aussi par des formations et débats dans les villages permettant de valoriser le savoir-faire des femmes dans l’agriculture et favoriser leur autonomisation.

Pain pour le prochain est partenaire de la COFERSA. L’objectif de ce partenariat est de soutenir et de renforcer les capacités des femmes de cette organisation dans des actions de plaidoyer et de production agroécologique afin de favoriser la souveraineté alimentaire.

Les actions mises en place sont par exemple la création d’espaces d’échanges autour de la problématique liée aux semences, l’information de ses membres et la sensibilisation des communautés rurales sur l’importance des semences paysannes, ou encore un travail au niveau des institutions pour la reconnaissance de ces dernières, etc.

Je serai en Suisse du 5 mars au 18 mars 2017

Je serai ravie de pouvoir témoigner de mon travail dans un cadre scolaire ou universitaire, lors d’une soupe de carême, d’une conférence, dans le cadre d’un groupe de jeûneurs, ou à toutes autres occasions. Prenez contact avec Alexia pour convenir d’une date et organiser votre événement.

Contact & réservation

Alexia Rossé

021 617 77 14

Découvrez le travail de la COFERSA qui réunit près de 4'000 femmes Maliennes