Semences traditionnelles

Comprendre les enjeux sur les semences

Aujourd’hui, plus de la moitié des semences commerciales est contrôlée par trois multinationales, dont Syngenta, qui a son siège en Suisse. Par le truchement de conventions et d’accords de libre-échange, ces multinationales exercent une grande pression sur certains États obligeant ceux-ci à modifier leur politique agricole. Au final, les paysannes et les paysans de ces pays sont contraints d’acheter leurs semences aux grands semenciers. Ceci a pour conséquence de mettre en péril leur souveraineté alimentaire, la biodiversité et les savoirs traditionnels.

Nous vous proposons quelques documentaires ou films d’animation qui vous permettront de comprendre en quelques minutes les enjeux sur les semences.

Cliquez ici pour visualiser notre sélection de films sur cette thématique.

 

Journal Perspectives

Au premier abord, l’UPOV 91 poursuit une mission honorable : protéger ce qu’on appelle « les obtentions végétales ». Dans les faits, elle ne profite qu’aux variétés créées par les grands semenciers et met les paysan·ne·s des pays du Sud à rude épreuve. En effet, du jour au lendemain, les lois criminalisent des pratiques millénaires et obligent les cultivateurs et cul-tivatrices à acheter les semences des multinationales qui sont non seulement chères mais nécessitent d’engrais et de pes-ticides.

Notre magazine Perspectives traite le sujet des semences et apporte des réponses notamment dans le dossier « rendre les semences à la paysannerie »

perspectives 012020

Semences en résistance

Alors même que les semences et les savoirs traditionnels ont toujours
été garants d’une alimentation et d’une agriculture écologiques et diversifiées,
le travail de sélection accompli par les familles paysannes se
voit aujourd’hui menacé. En effet, les grands semenciers et les accords
de libre-échange exigent l’adoption d’une législation draconienne relative
aux semences et aux obtentions végétales afin d’assurer l’essor de
variétés à haut rendement, ce qui empêcherait les paysans et paysannes
d’échanger et de vendre leurs semences.

La Suisse doit respecter les droits des agriculteurs et agricultrices dans ses traités commerciaux

Dans le cadre de la Coalition suisse pour le droit aux semences, nous appellons la Suisse à ne pas exiger des lois strictes sur la protection des obtentions végétales dans ses accords de libre-échange. Car ces lois empêchent les agriculteurs et agricultrices d’échanger ou de vendre leurs semences, comme le veut la tradition depuis toujours. Elles mettent ainsi en danger les systèmes agricoles locaux, qui sont les garants de la diversité des semences et de la sécurité alimentaire.

Conserver les semences anciennes du Guatemala

Les semences locales des Indiens d’Amérique latine sont souvent plus résistantes que les graines importées. Pourtant les autochtones doivent lutter pour les conserver et pouvoir les utiliser. Un combat mené avec le soutien de Pain pour le prochain. Reportage au Guatemala : Hans Haldimann – RTS

Le marché des lentilles

En 2016, 3.2 millions de tonnes de lentilles ont été produites rapportant 2 milliards d’euros au Canada. Le pays s’assure le monopole d’une variété de lentilles. Cette situation inquiète l’Inde dont la sécurité alimentaire dépend du Canada. Reportage de ARTE

Weblongstory - Les semences, à l'origine de tout

Découvrez les paysannes du réseau Rural Women Assembly de la province sud-africaine du Cap-Oriental. Le réseau est actif dans neuf pays d’Afrique australe et promeut la réforme du droit foncier, la souveraineté alimentaire et le droit à l’autoproduction des semences.

Des milliers de lettres envoyées au SECO

Durant leur campagne 2020, Pain pour le prochain, Action de Carême et Être Partenaires demandaient au Secrétariat d’État à l’économie (seco) qu’il cesse de faire pression sur les pays du Sud en exigeant d’eux qu’ils adoptent des lois sur la protection des obtentions végétales conformes à l’UPOV 1991.

Cette demande a été appuyée par des milliers de familles paysannes de toutes les régions du monde qui, elles aussi, ont écrit au seco.

L’action était menée en collaboration avec l’APREBES.

Header_Briefaktion Malaysia_2

Soutenez notre travail pour garantir une agriculture qui préserve notre avenir

Votre don est une contribution précieuse pour permettre aux agricultrices et agriculteurs de défendre leurs droits